Présentation

Imprimer

Depuis toujours, les femmes et les hommes de ce territoire ont vécu des mêmes ressources, tirant de la nature nourricière de quoi vivre et survivre, mobilisant ses ressources et ses forces pour asseoir leurs industries, imaginant les savoir-faire, les traditions et les légendes pour mieux vivre ensemble et en symbiose avec leur terroir.

Mais, ici, le mot frontière n’est pas vain. Le territoire de la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald n'est pas seulement riche de son homogénéité géologique et patrimoniale. Ses richesses viennent aussi de la rencontre des influences de l’océan et du continent, dessinant un territoire frontière de deux influences climatiques, dont les milieux et les espèces, parmi les plus remarquables d’Europe, trouvent ici leurs limites de répartition.
Ici plus qu’ailleurs, l’histoire des hommes a imposé ses cassures. Des hordes celtes aux légions romaines, des seigneurs médiévaux aux empereurs modernes, tous les conquérants se sont disputés et partagés cette terre, entre Rhin et Moselle. Les grandes tragédies européennes se sont écrites ici jusqu'à la seconde guerre mondiale, la plus meurtrière.

L’idée européenne s’est construite sur ces ruines et ces cauchemars. Comment surmonter les frontières sans faire la guerre ?  Il ne suffit pas de tourner la page des souvenirs. Il faut aussi construire un avenir, en reconnaissant et privilégiant ce qui nous unit : des paysages identiques, des ressources patrimoniales communes, des langues, des cultures et des traditions proches, une même vision des enjeux du futur.

Tout cela fonde la Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald, contribution modeste et précieuse au grand dessein de l’Europe et à l’effacement d’une frontière artificielle au bénéfice d’une nature retrouvée.
Des deux côtés de la frontière, c’est bien le même grès, les mêmes ruisseaux, la même forêt, abritant des milieux naturels similaires et des espèces animales et végétales identiques.

La Réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald a été reconnue en décembre 1998 par l’UNESCO, en application de son programme l'Homme et la biosphère . Elle est issue de la fusion de deux réserves de biosphère nationales et limitrophes, celle des Vosges du Nord créée en 1988 et celle du Pfälzerwald reconnue en 1992.

Structures de coordination : le Parc naturel régional des Vosges du Nord (France) et  Natürpark Pfälzerwald (Allemagne)

La réserve de biosphère “Vosges du Nord-Pfälzerwald” n’est pas encore gérée par une structure autonome juridiquement et financièrement. Sur la base d’un protocole d’accord, établi en 1996 et régulièrement révisé, la réserve est administrée par un Comité de coordination, qui réunit :

  • des représentants des deux anciennes Réserves de biosphère nationales, le syndicat de coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord (SYCOPARC) côté français, et le Naturpark Pfälzerwald côté allemand,
  • des représentants de leurs partenaires et financeurs les plus importants.

La gouvernance est alternée : le Comité de coordination est présidé par par le président du Sycoparc ou celui du Naturpark Pfälzerwald eV, par alternance tous les deux ans.

Ce Comité prend les décisions concernant les politiques et les actions à mettre en œuvre à l’échelle de la Réserve.  Selon les cas, celles-ci sont concrétisées par l’une ou l’autre structure porteuse ou par des structures tierces.

A son initiative, un groupe de travail thématique transfrontalier a été créé sur la biodiversité.  Les deux parcs, en lien avec les conseils scientifiques français et allemand de la Réserve de biosphère, éditent ensemble des annales scientifiques franco-allemandes.

Le fonctionnement de la Réserve de biosphère est assuré par le SYCOPARC et le Naturpark Pfälzerwald. Elle ne dispose pas de personnel propre. Ses actions et projets sont financés par les partenaires financiers des deux structures porteuses nationales, ainsi que par l’Union européenne, notamment dans le cadre de ses programmes Interreg.

Nombre de communes248
Nombre d'habitants337 000
Superficie    310 300
RégionsGrand Est, Rhénanie-Palatinat
DépartementsBas-Rhin/Moselle Bad Dürkheim Kaiserslautern Kreise Südwestplalz und Südliche Weinstrasse
Date de création1998

Territoire

Imprimer
carte du territoire

Le paysage principal de la Réserve de biosphère est constitué par la forêt tempérée qui couvre près des trois quarts du territoire, constituant la plus vaste entité forestière d'Europe occidentale non fragmentée, de part et d’autre de la frontière franco-allemande. Les essences principales sont le hêtre, le pin sylvestre et le chêne.
Des étangs, des rochers et des falaises, des ruisseaux et leurs friches humides attenantes constituent quelques ruptures dans ce vaste paysage forestier. Des vergers traditionnels et des vignes sont situés à proximité des villages.

Face à cette prépondérance naturelle, la portion urbanisée du territoire est très faible. Ces conditions ont favorisé en partie la conservation d'un patrimoine naturel riche et diversifié. Le patrimoine culturel n'est pas en reste, avec notamment plus de 95 châteaux-forts.

Les activités économiques de la Réserve de biosphère restent fortement liées aux ressources naturelles du territoire.

Ainsi, l’exploitation du bois reste importante. Le grès est exploité dans une dizaine de carrières familiales. Les conditions de pente, de sol et d’ensoleillement ont permis l’exploitation de vergers et de vignes, sur le piémont de la réserve.
La forêt, l’eau, le sable ont favorisé l’émergence d’activités plus industrielles, telle que le verre et le cristal (Lalique, Saint-Louis) ou la métallurgie.
Dans ce territoire finalement plus industriel qu’agricole, l’ouvrier a longtemps été aussi paysan, fauchant l’herbe rare des fonds de vallée, cueillant pommes et poires, ramassant châtaignes et champignons.
A côté de ces activités à dimension patrimoniale, quelques industries plus spécifiques ont fleuri, telle l’industrie de la chaussure à Pirmasens, toutes étant confrontées aux grands défis de l’économie mondiale.

Actions  

Imprimer

Trame verte et bleue internationale « Vers un réseau écologique transfrontalier »

Le Ministère de l’environnement de Rhénanie-Palatinat et les DREAL Alsace et Lorraine sont prêtes à financer l’élaboration d’un réseau écologique transfrontalier dans la réserve de biosphère Vosges du Nord-Pfälzerwald.

La mission consiste à :

Etablir une carte du réseau écologique de la Réserve de Biosphère transfrontalière, mettant particulièrement en lumière la sous trame forestière.

Etablir les grands enjeux en terme de connectivité et de reconquête commune de biodiversité, et un premier programme de mesures concrètes à mettre en œuvre, en vue éventuellement d’un programme Interreg.

Contenu du Projet

Le groupe de travail de la biodiversité

Les divers aspects de la biodiversité et des habitats Une équipe d'experts français et allemands aborde les divers aspects de la biodiversité et des habitats. En plus de mener des actions concrètes et d'élaborer des projets, le groupe cherche à initier et développer des études scientifiques.    

Présentation du groupe

Comptes rendus des réunions depuis 2005

Les 1ères fiches d'espèces identifiées par le groupe de travail

Les entretiens de la Vasgovie_2013 sur le thème du bois mort

Résumés des échanges d'expérience franco-allemand qui ont eu lieu en octobre 2013 à la Maison de la Biosphère de Fischbach bei Dahn sur le thème "Combien de bois mort pour la vie ?"

Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire qu'il faut bien davantage de bois mort, debout et couché, si nous voulons gérer nos forêts de manière durable.
Mais combien en faut-il  ? Normalement, les arbres sont récoltés bien avant de mourir de vieillesse. En outre,
la demande de bois énergie a fortement augmenté. Il faut donc de bonnes raisons pour laisser pourrir sur place un bois qui vaut son prix.  Voir en détail
 

"Le châtaignier dans la région du Rhin supérieur, une essence rassemblant hommes, cultures et paysages. »

L'institut de recherche forestière de Trippstadt a initié un projet intitulé "Le châtaignier dans la région du Rhin supérieur, une essence rassemblant hommes, cultures et paysages. »

Il vise la protection du châtaignier menacé par le chancre (Cryphonectria parasitica), l’une meilleure valorisation de son bois et l’étude de sont intérêt écologique et culturel, actuel et futur pour le paysage rural de la région.

Le projet est prévu pour 3 ans. Il comprend :                                                         

1- le relevé de l’étendue du chancre du châtaignier et l'analyse des possibilités de lutte contre cette maladie, par un virus antagoniste.
2- l'établissement d’une typologie des modes d’exploitation sylvicole de cette essence, sur la base de parcelles d’expérimentation.
3- leur quantification par différentes techniques de télédétection et de relevés terrestres.

Ce projet est mené en partenariat avec l'Université de géographie de Trèves (Département Observation satellitaire), le Sertit de Strasbourg pour analyser la châtaigneraie alsacienne, notamment du piémont des Vosges du Nord. Le Centre régional de la propriété forestière privée (CRPF) est aussi associé (édition de fiches d’informations bilingues sur le châtaigner,  le traitement des populations atteintes de chancre, manuel des bonnes pratiques sylvicoles et d’exploitation…).

Un volet pédagogique est prévu en direction des scolaires, des propriétaires de châtaigniers, des transformateurs des fruits (notamment restaurateurs) et du grand public : sensibilisation, information et mobilisation des intercommunalités, des communes, et des propriétaires ; supports et actions pédagogiques ;  atelier de transformation (débogueuse, moulin à farine, exploitation de produits dérivés) ; expérimentation de valorisations ; valorisation des utilisations du bois en extérieur, en charpente, en aménagements intérieurs, en mobilier et décoration…    Voir Concours design

Un des volets pédagogiques : l'exposition trilingue

Le projet « Le châtaignier dans la région du Rhin supérieur, une essence rassemblant hommes, cultures et paysages » mené dans le cadre du programme INTERREG IV A Rhin supérieur est un projet à vocation économique, environnementale et culturelle rassemblant 13 institutions d'Alsace, de Rhénanie-Palatinat et du Bade-Wurtemberg qui conjuguent leurs efforts pour développer des connaissances fondamentales sur cette essence présente dans la Région du Rhin supérieur depuis l'époque romaine.

Le volet pédagogique de ce travail a pris la forme d'une exposition trilingue (Français, Allemand, Anglais) qui vous est présentée à travers des supports qui traitent de :
- la biologie et l'écologie du châtaignier,
- des menaces qui pèsent sur lui,
- des usages anciens et actuels et l'économie liée à sa présence.

En savoir plus

Les marchés paysans transfrontaliers - Une opération de vente directe du producteur au consommateur

Organisés par la Réserve de Biosphère Transfrontalière (RBT) des Vosges du Nord et du Pfälzerwald, ces marchés transfrontaliers ont pour but de promouvoir les produits authentiques d‘une quarantaine de producteurs issus de la RBT, sélectionnés pour la qualité de leur travail.

Par le biais de ces marchés, la RBT des Vosges du Nord et du Pfälzerwald souhaite promouvoir un développement durable, qui se veut équitable. Il prend en compte non seulement les aspects économiques, mais également la protection de l‘environnement, les aspects sociaux (maintien et création d'emploi par exemple), et vise à mettre en valeur le savoir-faire spécifique de chaque producteur.

Ces ventes de proximité permettent également un meilleur bilan carbone et ont un impact positif sur le climat. 

En règle générale, deux marchés dans le Naturpark Pfaelzerwald et deux dans les Vosges du Nord chaque année. Programme 2014 

Favoriser un projet pédagogique partagé - Le marteloscope junior : savoir marquer des arbres pour une forêt plus naturelle

L’outil « marteloscope junior », destiné aux jeunes collégiens et lycéens, permet de sensibiliser à l’existence et à la complexité de ces choix. Il permet de prendre conscience des relations existant entre les acteurs de l’écosystème « Forêt » et d’appréhender les  différents « rôles » que les gestionnaires attribuent aux arbres.

Son utilisation se fait en pédagogie de projet. Après l’émergence des représentations initiales, et une préparation en amont (écosystème forêt, sortie, principes de gestion durable, critères de choix), l’exercice se fait sur le site avec un animateur. La classe est scindée en deux, le deuxième groupe faisant des activités dans différents ateliers (sol, bois mort, détermination, faune,...).

L’exploitation des résultats et les prolongements en classe permettent d’engager une réflexion sur l’impact de l’Homme sur un milieu et la nécessité d’une gestion durable. De nombreuses pistes de travail sont ouvertes : métiers du bois, gestion forestière, protection de milieux remarquables...

Les annales scientifiques de la Réserve de Biosphère transfrontalière

Les « Annales scientifiques de la Réserve de Biosphère transfrontalière Vosges du Nord-Pfälzerwald » sont publiées par le Syndicat de Coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord, en relation avec le Naturpark Pfälzerwald, sous l'égide des deux Conseils Scientifiques.

Elles sont ouvertes à tous les travaux scientifiques relatifs au milieu naturel (flore, faune, écosystèmes, influence de l'homme sur le milieu, etc.) dans le territoire du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du Naturpark Pfälzerwald, auxquels ont été attribués en 1989 et en 1993 le label de « Réserve de Biosphère » par l'UNESCO ainsi qu'en 1998, le label de Réserve de Biosphère Transfrontalière Vosges du Nord-Pfälzerwald.

La parution des Annales est en règle générale annuelle. Les articles peuvent être rédigés en français ou en allemand ;
ils doivent être adressés avant le 31 décembre, pour publication dans le numéro de l'année suivante, au Secrétariat de Rédaction des Annales, Parc Naturel Régional des Vosges du Nord, 67290 LA PETITE PIERRE.

Les articles sont examinés par le comité de lecture de la revue, qui peut requérir l'avis de personnes extérieures au comité. Celui-ci décide de l'acceptation ou non des manuscrits et des modifications à y apporter.

VOIR LES ANNALES DE 1991 A 2012

Les vergers traditionnels à haute tige

Découvrez les différentes actions du Parc sur le site "Les rendez vous du verger"

Les autres actions

Avant la création de la réserve de biosphère “Vosges du Nord-Pfälzerwald”, les actions de coopération transfrontalières avaient été mises en œuvre par les deux parcs naturels, porteurs respectifs des réserves de biosphère nationales. Elles concernaient principalement le développement des infrastructures transfrontalières de randonnée et de découverte, ainsi que les échanges scolaires.

Dans les années 1990, ces programmes de coopération transfrontalière se sont très fortement intensifiés, sous l’impulsion des programmes européens life et Interreg avec la mise en place des projets suivants :

- l’observation et la connaissance du territoire transfrontalier, avec constitution d’un centre transfrontalier de ressources, porté par un Système d’Information Géographique construit sur des bases communes et alimenté par l’imagerie satellitale (partenariat CNES-DARA) ;

-  le monitoring transfrontalier de la nature, qui comprend le suivi des populations de lynx et de chauves-souris et le suivi de la pollution atmosphérique par les lichens ;

- la promotion du développement économique durable dans les domaines de l’agriculture avec l’organisation de marchés paysans transfrontaliers qui connaissent un franc succès et attirent parfois près de 10 000 personnes et du tourisme avec l’ offre de produits de découverte transfrontalière ;

- l’éducation à l’environnement et à la citoyenneté : catalogue transfrontalier des offres pédagogiques, projet de Cité des arbres, programme “forêt sans frontières” ;

- la communication et l’information : éditions, événementiels, relations-presse site web,…

Au total, entre 1995 et 2008, près de 2 millions d’euros ont été consacrés à l’intensification de la coopération transfrontalière et à l’intégration progressive des politiques publiques de développement durable, au sein de la réserve de biosphère.
Plusieurs actions, initiées à l’aide des crédits européens, ont été pérennisées à travers les seuls moyens nationaux, tels que l’édition périodique des annales scientifiques de la réserve ou bien l’organisation annuelle de quatre à cinq marchés paysans transfrontaliers.

Plus d'informations

 

 

Diaporama

Imprimer

Chargement légende

Carrière Rothbach_Yvon MeyerEtang tourbière de Waldeck_SYCOPARCLe Drosera intermediaire, une plante insectivore_SYCOPARCMarché paysan transfrontalier de Bitche_SYCOPARCNouveau musée du sabotier_Cr CantinOsmonde royale en bordure de hêtraie acidiphile_SYCOPARC
Osmonde royale en bordure de hêtraie acidiphile_SYCOPARCPineraie sur dalle_SYCOPARCRenoncule et gravier_SYCOPARCRuisseaux forestiers sur grès, des oasis de naturalité_SYCOPARCScierie,  Lembach_Yvon MeyerUne silhouette de grès_SYCOPARC
Une silhouette de grès_SYCOPARCVerger hautes tiges_SYCOPARCLe château de La Petite Pierre et ses remparts_SYCOPARCverger de Zittersheim_SYCOPARC