FAQ

La Réserve de biosphère est-elle un label de l’Unesco ?

La désignation d’une Réserve de biosphère par l‘UNESCO est un label… et bien davantage. Elle implique une proposition de qualité, qui remplit des critères internationalement acceptés : dans ce sens, il s’agit donc bien d’un label accordé à un site.

Mais elle implique aussi la mise en place d’un projet de développement durable concerté localement, des objectifs affichés et des indicateurs pour mesurer les résultats obtenus.

Celui-ci s’inscrit dans la vision de la Stratégie de Séville  et applique des principes de gestion (zonage, complémentarité de trois fonctions de conservation, développement et appui par la recherche et l’éducation, implication des communautés locales) reconnus dans ce cadre: il s’agit de viser l’excellence dans l’application de ces principes et de s’engager résolument dans la voie du développement durable.

La désignation d’une Réserve de biosphère vient également consacrer son appartenance au réseau mondial de Réserves de biosphère, et par voie de conséquence, son rôle dans l’un des réseaux régionaux. Cette appartenance engendre des avantages, comme bénéficier de l’expérience des autres, disposer d’un réseau de partenaires mobilisables selon les besoins, échanger des points de vue sur des problèmes de gestion, et des obligations, celles de participer aux échanges et aux actions communes.

Faut-il avoir peur du mot « réserve » pour les Réserves de biosphère ?

Le mot « réserve » n’implique pas ici d’exclusion ou d’interdictions spécifiques (rien à voir avec la notion de « réserve d’indiens »). Au contraire, il exprime la volonté de réserver pour l’avenir les qualités d'une région (comme on met en réserve un bon vin pour le boire ultérieurement, ou encore les fruits du jardin en été pour les manger l'hiver). Ceci implique la mise en place d’un projet concerté, visant à construire un futur durable.

Quelle différence entre Réserve de biosphère et site du Patrimoine mondial ?

L’inscription sur la liste du Patrimoine mondial consacre la valeur universelle et exceptionnelle d’un site. La désignation d’une réserve de biosphère est un processus dynamique qui implique un projet de développement durable pour la region, construit et soutenus par les parties prenantes locales, appliquant des principes de gestion reconnus mondialement et décrits dans la Stratégie de Séville publiée par l’Unesco en 1995. La désignation d’une Réserve de biosphère vient également consacrer son appartenance à un réseau mondial d’échanges et de coopération entre sites désignés suivant des principes communs.

En savoir plus sur les différences entre RB et PM

Pourquoi parle t’on souvent de Résilience dans les Réserves de biosphère ?

Les Réserves de biosphère sont des systèmes socio-écologiques : les humains et la biodiversité sont en interactions permanentes. La gestion durable consiste à éviter que les changements qui s’opèrent (pour diverses raisons : sociales, économiques, écologiques, climatiques…) aboutissent à une perte de biodiversité et des services apportés par les écosystèmes, et à un moindre bien-être des humains. Pour cela, la gestion doit s’intéresser à la résilience du système, c’est à dire son aptitude à changer dans les limites de ses propres capacités pour s’adapter aux changements. Pour un écosystème forestier, c’est pouvoir faire face aux ouragans, aux feux, à la pollution,  pour une société, c’est survivre aux incertitudes politiques. Renforcer la résilience des Réserves de biosphère est urgent, pour qu’elles puissent faire face aux changements climatiques, à la mondialisation de l’économie et autres impacts environnementaux… Le Centre de Résilience de Stockholm mènent des recherches sur ces questions.

A quoi sert le comité MAB France ?

Le MAB France coordonne et anime le réseau des 14 Réserves de biosphère françaises, aide à la mise en place de nouveaux sites et assure la liaison et la coopération avec le réseau international.